Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA MAISON DE BARBERINE

La charte d'albergement de 1264

26 Juillet 2005 , Rédigé par Bonnefoy Perrin, an 1264 Publié dans #Histoire de Vallorcine

 

Les spécialistes de l'onomastique ou science des noms propres savent que, du fait de la permanence du relief, les noms de rivières et de montagnes sont normalement les plus anciens et par là même les plus précieux.

Après avoir parlé des premiers dans le n° 1 d'E v'lya (c'est-à-dire d'hydronymie), je vais essayer d'aborder les seconds, c'est-à-dire l'oronymie. Cependant, avant de tenter, dans le prochain numéro, d'expliquer des termes aussi difficiles que Loria, le Buet ou le Gros Nol (par exemple), je propose ici, comme on me l'a demandé à plusieurs reprises, la traduction de la charte d'albergement de 1264.

Y figurent justement, sinon les plus anciens de ces noms, du moins ceux qui sont le plus anciennement attestés. On pardonnera à la traduction ses lourdeurs, dues à un souci de fidélité, quelques incertitudes et peut-être même des erreurs, le texte latin n'étant pas des plus limpides.

"Nous frère R(ichard), prieur du prieuré de Chamonix (1), du diocèse de Genève, à tous ceux qui liront le présent texte, faisons savoir que sciemment et de plein gré, sans y avoir été conduit par quelque ruse ou crainte, mais assuré de droit et de fait, nous avons donné et concédé, en notre nom et au nom de nos successeurs, à titre d'albergement perpétuel, aux Teutoniques (1) de la vallée des ours (1) et à leurs héritiers, la moitié de la vallée des ours susdite.

"Cette vallée est délimitée d'un côté par l'eau appelée Barberine (1), d'un autre par la montagne appelée Salenton (1), d'un autre par le lieu où naît l'eau appelée Noire (1) jusqu'à la limite qui sépare le territoire de Martigny (1) et le territoire de l'église de Chamonix (2).

"De même, nous signifions que les hommes susdits nommés Teutoniques, et leurs héritiers demeurant au même endroit, soient les hommes liges du susdit prieuré de Chamonix et soient tenus d'acquitter annuellement à la fête de saint Michel archange huit deniers de service et à la Toussaint chaque année quatre livres de cens au prieur de Chamonix du moment, sommes à verser et à acquitter intégralement.

"Et si quelqu'un des susdits Teutoniques veut se déplacer en un autre lieu, nous faisons savoir qu'il pourra emporter ses biens meubles avec lui librement et absolument, ainsi que vendre ses propriétés, le droit du domaine de Chamonix étant sauvegardé, mais à des hommes liges du dit prieuré et non à d'autres.

"D'autre part, ils pourront demeurer en paix et libres de menées (3), de visites (3) et de corvées et, dans le respect des autres usages, droits et coutumes de l'église ou du prieuré de Chamonix, ils doivent obéir au prieur du dit lieu et sont tenus de répondre en tous points, dans le respect des droits de propriété et de seigneurie du dit prieuré conformément à ce qui est en usage et jouissance chez les autres hommes de Chamonix. En foi de quoi nous, prieur susdit, avons apporté notre sceau pour qu'on l'appose sur la présente page.

"Fait au cloître de Chamonix, l'année du seigneur 1264, le deuxième des ides de mai (le 14)."

(Documents sur le prieuré de Chamonix, Bonnefoy Perrin, tome I, n° 10, p. 19)

 

(1) Nous reproduisons ici les formes latines exactes des noms propres: Campusmunitus, Theutonici, Vallis ursina, Berberina, Salansuns, Martigniacus.

(2) La vallée se trouve ainsi délimitée par ses quatre points d'entrée possibles: le confluent avec la Barberine, laquelle marque la limite nord-nord-est; le col du Salenton, qui marque la limite sud-ouest; la source de l'Eau noire (en gros, le col des Montets), qui marque la limite sud; et enfin la ligne de séparation des eaux (en gros, le col de Balme) entre la vallée de Trient, appartenant à Martigny, et celle de l'Arve, appartenant au prieuré; cette ligne marque la limite est-sud-est.
La note de Perrin expliquant cette dernière limite par la chaîne de montagnes qui va des Perrons au Cheval blanc, au lieu de permettre de définir les limites de la vallée, les rend confuses et conduit à supprimer l'un des deux versants.

(3) Menaydae: obligation d'effectuer certains transports. Sectores: obligation d'effectuer certaines visites.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article