Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Musée de la Maison de Vallorcine

"Fô alâ icoure"

26 Juillet 2005 , Rédigé par Michel Ancey Publié dans #Patois - Etymplogie

Fô alâ icoure

Il faut aller battre

Atrô cou tote li mèzon ayan d'blâ eu regâ.

Autrefois toutes les maisons avaient du blé dans la grange (à blé).

L'blâ ére raeutrâ l'ôtan é septaeubro.

Le blé était rentré à l'automne, en septembre.

Eu mè d'novaeubro, apré avè fè l'bouè, y ére l'uvre di z om: fôchè icoure.

Au mois de novembre, après avoir fait le bois, c'était l'ouvrage des hommes: il fallait battre (les céréales).

I prègnè preu de taeu pè fâre chly uvre é y ére tote on savè fâre.

Ça prenait beaucoup de temps pour faire ce travail et c'était tout un savoir-faire.

L'tsapon (trè dzevale) ére dilyètâ, la dzevala assebin é dèssirâ.

Le "tsapon" (réunion de trois javelles ou bottes) était détaché, la javelle l'était aussi, puis desserrée.

L'dzévale ére pozâ daeu l'fouè, ina la téta don lâ, l'atra a l'atro,

Les javelles étaient placées dans le fouè (aire de battage), l'une la tête d'un côté, l'autre de l'autre,

l'piâ pi pré de l'ipanda, pè c'lou z ipi chan maeu pré d'la r'va.

le pied (de la javelle) plus près de la paroi (du fouè) pour que les épis soient moins près du bord.

L'blâ bin daeu l'fouè, i y ayè pamé c'a bouchi dechu avoué l'iflèyé.

Le blé bien placé dans le fouè, il n'y avait plus qu'à taper dessus avec le fléau.

Decou l'bouè de l'iflèyé bouchive contra l'ipanda deu fouè é arétâve la cadansa; i se pèrseviè daeu to l'vlazo (on dijè: "Y ére on apraeuti").

Parfois le bois du fléau frappait contre la paroi du fouè, ce qui arrêtait la cadence et s'entendait dans tout le village (on disait: "C'est un apprenti").

Pè fâre pi vito, on poyè fâre a dou: s'teni de coute, avanchi é mimo taeu, bouchi avoué l'iflèyé l'on apré l'atro, é pa s'le fotro pè lou code.

Pour aller plus vite, on pouvait travailler à deux: se tenir côte à côte, avancer en même temps, frapper avec le fléau l'un après l'autre, et ne pas s'en donner un coup sur le coude.

Apré avè tapâ l'blâ d'on bè à l'atro deu fouè, fôchè r'viri li dzevale saeu dechu dezô.

Après avoir tapé le blé d'un bout à l'autre du fouè, il fallait retourner les javelles sens dessus dessous.

Y alâve miô pè icoure can l'taeu ére sè é frè; avoué la plodze, lou gran colâve a l'épi.

Cela allait mieux pour battre quand le temps était sec et froid. Avec le redoux, les grains collaient à l'épi.

Can y ayè pamé d'gran daeu lou z ipi, la palya ére voutâ avoué la fourtse é bouè é mèssâ é dzirba.

Quand il n'y avait plus de grain dans les épis, la paille était enlevée avec la fourche en bois et mise en gerbe.

Pé fâre la dzirba, dou lin éran pozâ é travèr deu fouè; fôchè fâre le lin avoué la palya: avoué la palya de sèla y ére preu éjâ é le lin ére solido;

Pour faire la gerbe, deux liens étaient posés en travers du fouet; il fallait faire le lien avec de la paille: avec du seigle, c'était très facile et le lien était solide;

avoué l'fromaeu é l'ouèrdzo y arvâve c'a sôtâve é y ére pâ éjâ de refâre can la palya ére é plasse.

avec le froment et l'orge, il arrivait qu'il casse et ce n'était pas facile à refaire une fois la paille en place.

La palya ére araeudjâ é bracha contra lou dzoné, recouarbâ daeu lou bè é mèssâ daeu lou lin:

La paille était arrangée en brassée contre les genoux, rabattue aux deux bouts et mise dans les liens:

dave eu trè brachè, é on lyétâve,

deux ou trois brassées, et on attachait,

é la dzirba ére mèssâ daeu la louye deu regâ.

et la gerbe était placée dans la louye (emplacement réservé à la paille) du regâ (grange à blé).

L'gran sobrâve eu fan deu fouè tanqyè la titse n'ére pa fornètâ.

Le grain restait au fond du fouè tant que le tas (de blé) n'était pas fini.

Can y an y ayè trouè, on l'amassâve eu bè deu fouè.

Quand il y en avait trop, il était amassé au bout du fouè (du côté de l'entrée).

'na dzirba l'matin, dave l'apré-midzouar, y ére s'c'on poyè fâre.

Une gerbe (environ dix tsapons) le matin, deux l'après-midi, c'est tout ce que l'on pouvait faire.

L'gran batu fôchè vanâ.

Le grain battu, il fallait vanner.

L'van pozâ chu la sala, a pou pré on d'mi car d'blâ dedaeu, fôchè é premi levâ l'van avoué lou pougnè, preu ô, l'teni contra l'vaeutro, apré sacoure l'gran on cou don la, on cou dé l'âtro, pè qyè l'gran é r'tombaeu évolâve la peufa é l'balé.

Le van posé sur la salle (chaise spéciale), à peu près un demi-quart de blé dedans, il fallait d'abord soulever le van avec le poignet, assez haut, le retenir contre le ventre, ensuite secouer le grain d'un côté et de l'autre, pour que le grain en retombant fasse s'envoler la poussière et la balle.

L'pi grou vyâ, fôchè brafâ a pla, don la dé l'âtro é s'tègnaeu to couèrbo, pè qyè lou z ipi é li granne de coutèta sortèssa dechu é fôchè li voutâ avoué on pinso fè avoué de plonme de polalye.

Le plus gros parti, il fallait brasser à plat, d'un côté et de l'autre en se tenant bien courbé, pour que les épis et les graines de coutète (mauvaise herbe) ressortent au-dessus du grain et il fallait les enlever avec un plumeau fait de plumes de poule.

On cou vanâ, l'gran ére mèrdza avoué l'car é mè daeu l'icrin.

Une fois vanné, le grain était mesuré avec le quart et mis dans le coffre.

Apré, avoué la potse a gran, on l'r'pragnè pè r'pli la fate pè l'menâ vè l'mouni.

Plus tard, avec la poche à grain, on le reprenait pour remplir le sac qui servait à l'emporter chez le meunier.

Dzozet à la Mandine

Dzozet à la Mandine


Can l'vaeu va chu Outa, praeu ta fô é te vouta. Can l'vaeu va chu Chi, praeu ta fô é va sèyi.

Quand le vent souffle en direction d'Aoste, prends ta faux et va-t-en (quitte le champ). Quand le vent va sur Sixt, prends ta faux et va faucher (proverbe vallorcin).


Note de la rédaction

Comme l'an dernier, le texte en patois a pour auteur Dzozet à la Mandine, mais sa transcription écrite est de notre responsabilité.

Nous avons voulu un texte lisible de tous sans confusion. Chaque lettre correspond à un son unique: ainsi l's se prononce toujours comme dans sol, l'y comme dans Lyon. Pour ne pas trop perturber le lecteur nous avons cependant écrit un s double entre voyelles (cf. amassa) et remplacé le c notant habituellement le son guttural, du Couteray par exemple, par un q devant l'y (cf. pè qyè).

Quant aux voyelles, nous avons distingué à chaque fois l'a (de mal) du â (de mâle) par un accent circonflexe sur ce dernier. L'é (comme dans blé) est toujours noté avec l'accent aigu, l'è (comme dans après ou mais) est toujours écrit avec l'accent grave.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article