Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Musée de la Maison de Vallorcine

Page de patois

25 Juillet 2005 , Rédigé par Michel, Jean-Luc ? Publié dans #Patois - Etymplogie

 

Atrô cou tui lou tè éran recrévi è ifáeula.

Autrefois tous les toits étaient recouverts en ancelles.

P'li fáre i ayè preu d'úvra: cópa 'na lárze de premi choi sáeu snion é quiè fáeudisse bin drè.

Pour les faire, il y avait pas mal d'ouvrage: couper un mélèze de premier choix, sans noeuds, et qui se fende bien droit.

Can lou tè n'éran pa chlyoutrá, li z ifáeula éran de soíssanta centimètres de lóndjeu; p'lou tè chlyoutrá, la lóndjeu ère de fíncanta.

Quand les toits n'étaient pas cloués, les ancelles étaient de soixante centimètres de longueur. Pour les toits cloués, la longueur était de cinquante.

Li bílye cópá éran d'abóar écartelá a la sèilyá, pouè, le blan é le métá voutá a la pioletta; pè pa abimá la pioletta, fauchè bouchî dechu avoué 'na machû.

Les billes coupées étaient d'abord fendues en quatre quartiers au coin de fer, puis l'aubier et le milieu enlevés à la hachette; pour ne pas abîmer la hachette, il fallait taper dessus avec un maillet.

L'cártí ère copá pé épétcheu de cátro ifáeula marcá d'avance pé on p'tchou cou d'ifáeulieu, pè quié l'moírcé sobre de la míma épètcheu dezo quié dechu.

Le quartier était coupé par épaisseurs de quatre ancelles marquées d'avance par un petit coup de fer pour que le morceau reste de la même épaisseur dessous que dessus.

Ch'a pa la míma épètcheu de cé de lé, l'moírcé fórnè a ráeu dezo.

S'il n'y a pas la même épaisseur d'un côté et de l'autre, le morceau n'a plus d'épaisseur dessous.

Aprè, l'moírcé é fáeudu è dou, pouè par ifáeula, la váeuna copá d'icaíre.

Ensuite, le morceau est fendu en deux, puis par ancelles, la veine coupée d'équerre.

Can la lárze fáeudjiè mal, pè raeu pèdre l'moírcé ère fáeudu chu l'itáve; féta dinse, l'ayè l'difô d'se fáeudre eu solé.

Quand le mélèze se fendait mal, pour ne rien perdre le morceau était fendu sur la veine à plat; faite ainsi, l'ancelle avait le défaut de se fendre au soleil.

On cou fáeudu, fauchè tote li tsápota a la pyoletta, li drèfi de cé de lé a peu prè d'la míme lárdjeu é on cou chu l'pla.

Une fois fendues, il fallait toutes les échapoter (= les aplanir) à la hachette, les rectifier de chaque côté en sorte qu'elles aient à peu près la même largeur et leur donner un coup sur le plat.

Can l'boué ère fin é bin drè, l'ifáeula ère fornetta eu bán-fou avoué l'coéuté párieu.

Quand on avait du bois fin et bien droit, on finissait l'ancelle sur le ban-fou avec la plane (le couteau égalisateur).

Restáve a lé z inpíla pé rólyon: on ran è lon, on ran è lárdzo.

Restait à les empiler par "rolions": un rang en long, un rang en large.

Fíncanta ran fan l'rólyon quié recrevè cátro mètres cára deu tè.

Cinquante rangs font un rolion qui recouvre quatre mètres carrés du toit.

Chu l'tè, l'poin d'on ran a l'átrô se fá a saíde centimètres deu la deu váeu é de díza a dize-ouè de la bíza.

Sur le toit, la distance d'un rang à l'autre est de seize centimètres du côté du vent et de dix-sept à dix-huit du côté bise.

Dézo lé z ifáeula, lou tè éran fè è late tsèvelyè dan li rive.

Sous les ancelles, les toits étaient faits en lattes chevillées dans les bords.

C'lè late éran fète avoué on la è ryan.

Ces lattes avaient une face arrondie.

E pè izola l'tè de la cousse li jouinte éran garnyè de móssa.

Et pour isoler le toit de la tourmente, les joints (entre ces lattes) étaient garnis de mousse.

Pè t'ni li z ifáeula è plasse é pè pa q'le váeu li sofle, l'tè ère tcharjá de pire chu 'na travirse.

Pour tenir les ancelles en place et pour empêcher que le vent ne les fasse s'envoler, le toit était chargé de pierres reposant sur une traverse.

L'Dzozè a la Mandine


Can lou ditelare van a Tsalande, on a lou lyasson a Páquyé.

Quand les gouttières coulent à Noël, on a les glaçons à Pâques (proverbe vallorcin).


Note de la rédaction

Le texte de patois est du Dzozè à la Mandine, que les Vallorcins reconnaîtront. Mais la transcription est de notre responsabilité. Nous avons voulu que le patois ressemble à du patois et non pas à du français déformé. Nous avons voulu d'autre part qu'il soit lisible par tous. C'est pourquoi les sons, autant que possible, sont notés d'une manière unique, et lisibles comme on les lirait en français. Nous avons cependant pour les autres voyelles que e noté par un accent, au cours du mot ou à la fin, la syllabe que la prononciation souligne (exemple: chlyoutrá). D'autre part, la lettre e est écrite avec ou sans accent dans les mêmes conditions qu'en français. Icaire est écrit ainsi pour pouvoir conserver la lettre c devant le son ai et marquer en même temps le rapport étymologique avec écartelá. Quant à l'y, il marque toujours et seulement le son mouillé de l'yod (exemple: li bílye = les billes). Enfin, l'élision de la voyelle initiale de l'article féminin (exemple: 'na lárdze) est marquée par une apostrophe, et la liaison éventuelle du pluriel par un z isolé (exemple: lé z inpíla).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article